Délire laborieux et appauvrissant que de composer de vastes livres, de développer en cinq cent pages une idée que l'on peut très bien exposer oralement en quelques minutes. Mieux vaut feindre que ces livres existent déjà, et en offrir un résumé, un commentaire.
Fictions
Prologue

Dans le prologue de 'Le Jardin aux sentiers qui bifurquent' (1941)

2155 Rating: 0.0/5 (0 votes cast)


En savoir plus, commenter cette citation

Partagez la citation :

comments powered by Disqus

Webescence Citations
AVERTISSEMENT :
Le site est en cours de construction. Le design est pour l'instant à un stade minimaliste. La base de données des citations est toutefois accessible.